Col·lectiu Emma - Explaining Catalonia

Sunday, 23 december 2012 | ARA

Français

"Ce serait mieux s’ils ne parlaient pas" (ARA)

Traduction de l'article "Estarien millor callats" publié dans ARA le 15-12-12.

Miquel PUIG

15 décembre 2012

L’histoire se chargera de juger la Seconde Restauration espagnole et ses protagonistes. En ce moment,il est difficile d’éviter un verdict sévère: le taux de chômage, entre 1980 et 2012, a toujours été supérieur à 15% deux années sur trois et supérieur à 20% deux années sur cinq. Il n’y a aucun autre pays européen qui ait connu une situation semblable. En effet, sur les trente-cinq pays classés par leFMI dans la catégorie « économies avancées », un seul (en dehors de l’Espagne) a atteint un taux de chômage supérieur à 20%, et ce pour l’année 2012 uniquement, la Grèce.

L’Espagne aurait-elle souffert une catastrophe naturelle ? Aurait-elle été victime d’un boycott international ? Aurait-elle joué de malchance ? Non, rien de tout cela. Certes, il est vrai que l’Espagne n’entamait pas son périple au meilleur moment, parce que la crise politique de la transition s’est produite en même temps que la plus forte crise économique survenue après la Seconde Guerre mondiale, celle du choc pétrolier, du manque de matières premières et de la dévaluation du dollar. Mais elle partait aussi avec des avantages : sa situation géographique lui a assuré la stabilité politique, l’Union européenne lui a ouvert le plus grand marché du monde et lui a octroyé des aides qui équivalent trois Plans Marshall, le nombre de touristes s’est multiplié au-delà des prévisions les plus optimistes, les financiers lui ont prêté des sommes astronomiques d’argent et les investisseurslui ont fait confiance à l’heure d’implanter des industries productives. Et pourtant, trente-trois ans après l’adoption de la Constitution, l’Espagne est un pays ruiné, incapable d’offrir un avenir à la plupart de ses jeunes et de garantir à ses retraités le paiement des retraites à court et à moyen terme.

Dans ce contexte, Felipe González et José Maria Aznar sont revenus sur la scène politique pour donner des leçons à leurs successeurs, l’un à l’occasion d’une commémoration et l’autre avec la publication d’un livre.

« González a appris aux jeunes à être faignants », m’a un jour déclaré un vieux paysan de l’Extrémadoure. Il faisait allusion au P.E.R. (Plan d’emploi rural), mais il aurait pu évoquer les indemnisations, préretraites et invalidités massives accordées durant la reconversion ; ou la régulation du chômage qui n’a jamais encouragé les bénéficiaires à accepter un travail. Felipe González a un certain nombre de réussites à son compte, personne ne peut peut en douter; mais il a aussi une grande responsabilité dans la situation actuelle, entre autres parce que c’est lui qui a lancé, avec « les fastes de 1992 » - -organisation simultanée des Jeux olympiques de Barcelone, de l’Expo de Séville et de la Capitale de la culture à Madrid - la politique de grandes dépenses publiques somptuaires, ainsi que la politique d’infrastructures non prioritaires avec le TGV Madrid-Séville.

Aznar, quant à lui, il a démultiplié ces politiques alimentant ainsi une bulle immobilière qui allait finalement nous dévorer. À la fin de sa première législature, l’Espagne avait atteint un équilibre relatif, avec un taux de chômage, 10,6%, qui commençait à être raisonnable, une inflation modérée, la balance extérieure et la balance fiscale contrôlées. Il a mis le pied sur l’accélérateur en maintenant le prix de l’électricité en-dessous du coût de production, avec une hausse de la dette publique et une folle politique de travaux publics qui comprenait la rénovation de tous les aéroportset la construction du plus vaste réseau ferroviaire de grande vitesse au monde. Pour soutenir l’euphorie, il a toléré l’entrée de deux millions d’immigrés, dont deux tiers par l’aéroport Barajas de Madrid.

La seconde Restauration a été caractérisée par les grands chantiers de travaux publics, mais tous les gouvernements sans exception ont scrupuleusement veillé à ne pas articuler du point de vue logistique la zone exportatrice la plus dynamique. Il y a quelques jours, dans ce même journal, Josep Parcerisa parlait du cul-de-sac ferroviaire que constitue Llorca, entre Alicante et Almeria ; la voieentre Tarragone et Vandellòs n’a pas encore été dédoublée à ce jour ; le PSOE et le PP au Gouvernement et aux Cortès ont frustré l’axe méditerranéen de marchandises, conçu et défendu par l’Union européenne, pour le rendre subsidiaire d’un axe central impossible… Une politique suicide.

Il semble qu’à l’origine de l’autoroute de la Méditerranée – la seule grande infrastructure du franquisme à ne pas répondre au schéma radial – il y avait le rapport bien connu que la Banque mondiale avait rédigé en 1961 lorsque le régime franquiste avait implorait de l’aide à l’extérieur. Aujourd’hui, comme alors, il faut que l’on vienne de l’extérieur pour suggérer à l’Espagne de concevoir rationnellement ses infrastructures ; ainsi, le commissaire aux Transports, Siim Kallas, corrige les plans espagnols en argumentant « qu’il faut garantir que les connexions viennent de quelque part etaillent quelque part ».

Les dirigeants espagnols auront besoin de beaucoup d’humilité pour gérer les conséquences des décisions prises par leurs antécesseurs. Il serait souhaitable que ces derniers apprennent au moins à setaire.

Traduction de Montserrat Vallribera.


Very bad Bad Good Very good Excellent
carregant Loading




Lectures 2728 visits   Send post Send


Col·lectiu Emma - Explaining Catalonia

Col·lectiu Emma is a network of Catalans and non-Catalans living in different countries who have made it their job to track and review news reports about Catalonia in the international media. Our goal is to ensure that the world's public opinion gets a fair picture of the country's reality today and in history.

We aim to be recognized as a trustworthy source of information and ideas about Catalonia from a Catalan point of view.
[More info]

quadre Traductor


quadre Newsletter

If you wish to receive our headlines by email, please subscribe.

E-mail

 
legal terms
In accordance with Law 34/2002, dated 11 July, regarding information services and electronic commerce and Law 15/1999, dated 13 December, regarding the protection of personal data, we inform you that if you don’t wish to receive our newsletter anymore, you can unsubscribe from our database by filling out this form:









quadre Hosted by

      Xarxa Digital Catalana

Col·lectiu Emma - Explaining Catalonia