Col·lectiu Emma - Explaining Catalonia

Saturday, 18 february 2017 | LE DEVOIR

Français

Écosse, Catalogne, on recommence

Par FRANÇOIS BROUSSEAU
(chroniqueur d’information internationale à Radio-Canada)


LE DEVOIR
 
François Brusseau
 
13-02-2017


Lorsque, mercredi soir dernier, la Chambre des communes britannique a voté en faveur de la procédure de sortie de l’Europe engagée par la première ministre, Theresa May, les 54 députés du Parti national écossais (SNP) ont entonné l’Hymne à la joie de Beethoven, devenu hymne officiel européen.
 
Ils voulaient ainsi marquer leur dissidence devant la décision, par un vote écrasant de 494 à 122, qui engage le Royaume-Uni — et ses composantes nationales sans voix au chapitre — sur la voie du divorce formel avec l’Union.
 
La veille de cette décision fatidique, le Parlement d’Édimbourg avait, comme la députation SNP à Londres, inscrit sa dissidence par un vote de 90 à 34 en faveur du maintien de l’Écosse dans l’Union européenne. Vote purement symbolique puisque la Cour suprême de Londres avait déjà statué, le 24 janvier, que seul Westminster a le pouvoir formel de déclencher (ou de bloquer) le Brexit, décidé par un vote de 52 % à 48 % le 23 juin 2016.
 
Ce jour-là, les Écossais avaient été renvoyés à leur statut de minorité non étatique, avec leur préférence à 62 % en faveur de l’Europe… dont on ne tiendrait pas compte.
 
Cette dramatique dichotomie, mal vécue à Édimbourg et à Glasgow, relance aujourd’hui le mouvement indépendantiste écossais. Deux ans et demi après la défaite du 18 septembre 2014 (45 % pour l’indépendance, 55 % contre, dans une consultation dont les modalités avaient été convenues avec Londres), beaucoup d’Écossais seraient maintenant prêts à se séparer du Royaume-Uni… pour ne pas se séparer de l’Europe!
 
Ce mouvement de l’opinion n’est pas massif (les tout derniers sondages donnent une égalité à 50-50), mais il se produit sans que le gouvernement d’Édimbourg ait officiellement remis l’indépendance sur la table. En principe, le référendum de 2014 était censé avoir réglé la question «pour une génération»… mais le Brexit change tout.
 
On chuchote que la première ministre, Nicola Sturgeon, va bientôt sortir un nouveau projet de consultation, avec un argumentaire tout prêt. Son prédécesseur, Alex Salmond, maintenant leader de la délégation SNP à Westminster, parle ouvertement de l’automne 2018. Et cette fois… avec ou sans l’accord de Londres.
 
 
Belle coïncidence, la semaine dernière, avec les derniers développements à Barcelone.
 
Là aussi — mais dans une dynamique différente —, l’indépendantisme se voit relancé au moment où l’idée européenne vacille sur ses bases et semble avoir de plus en plus besoin d’amis. Or, à Barcelone comme à Édimbourg, cet indépendantisme s’affiche ouvertement de gauche… et surtout pro-européen.
 
Toute la semaine dernière, c’est le procès contre l’ancien président Artur Mas et deux de ses proches, pour crime de «désobéissance», qui a réveillé l’envie de beaucoup de Catalans de se séparer de l’Espagne. Une Espagne qui, dans toute cette affaire, s’est montrée d’une intransigeance dogmatique. Pour Madrid comme pour les tribunaux espagnols proches du gouvernement de Mariano Rajoy, il n’existe pas — et n’existera jamais — une telle chose qu’un «droit à l’autodétermination» pour la Catalogne. Pas davantage que pour la Tchétchénie ou le Tibet…
 
Mas a été jugé pour avoir laissé se tenir — ou organisé en sous-main — le «processus participatif» du 9 novembre 2014, officiellement mis sur pied par des associations de la société civile et non par les instances politiques de Barcelone… bien que moralement soutenu, à l’époque, par l’ancien président.
 
Cette consulta n’avait aucune prétention juridique ou décisionnelle, mais se voyait comme un formidable sondage grandeur nature. Un gros tiers de l’électorat s’était rendu aux urnes, et 80 % des suffrages exprimés avaient appuyé l’option indépendantiste (aujourd’hui, les sondages sont plus près de 50-50). Mais même une consultation informelle, c’en était trop pour Madrid, qui avait fait intervenir les tribunaux. Lesquels, comme toujours, ont abondé dans le sens du gouvernement central.
 
Le verdict contre Mas pourrait être un bannissement de la vie politique pour plusieurs années. Mais avec, comme effet collatéral, de relancer un mouvement qui, depuis un an, semblait s’essouffler. Barcelone, avec l’actuel président indépendantiste Carles Puigdemont, a promis d’organiser une nouvelle consultation — décisionnelle cette fois — avant la fin de l’été 2017.
 
Madrid enverra-t-il les chars pour l’en empêcher? Il y a du drame, du vrai drame à l’horizon… Face au défi renouvelé de la Catalogne et de l’Écosse, que fera le reste de l’Europe? Détourner le regard, devant un possible déni de démocratie?
 


Very bad Bad Good Very good Excellent (1 vòte)
carregant Loading




Lectures 1409 visits   Send post Send


Col·lectiu Emma - Explaining Catalonia

Col·lectiu Emma is a network of Catalans and non-Catalans living in different countries who have made it their job to track and review news reports about Catalonia in the international media. Our goal is to ensure that the world's public opinion gets a fair picture of the country's reality today and in history.

We aim to be recognized as a trustworthy source of information and ideas about Catalonia from a Catalan point of view.
[More info]

quadre Traductor


quadre Newsletter

If you wish to receive our headlines by email, please subscribe.

E-mail

 
legal terms
In accordance with Law 34/2002, dated 11 July, regarding information services and electronic commerce and Law 15/1999, dated 13 December, regarding the protection of personal data, we inform you that if you don’t wish to receive our newsletter anymore, you can unsubscribe from our database by filling out this form:









quadre Hosted by

      Xarxa Digital Catalana

Col·lectiu Emma - Explaining Catalonia